Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Laurent Schietecatte, professeur d'histoire-géographie au collège Jules Verne (Nantes)

Hiroshima

Publié le 27 Mai 2016 par lschietecatte in seconde guerre mondiale, Hiroshima, Hibakusha

Barack Obama embrasse Mori Shigeaki, survivant de l’attaque atomique d’Hiroshima. JOHANNES EISELE / AFP

Barack Obama embrasse Mori Shigeaki, survivant de l’attaque atomique d’Hiroshima. JOHANNES EISELE / AFP

"«Il y a soixante-et-onze ans, par un matin lumineux sans nuages, la mort est tombée du ciel et le monde a été changé.» Ce sont les mots prononcés vendredi 27 mai 2016 par Barack Obama à Hiroshima. C'était la première fois qu'un président des Etats-Unis se rendait dans cette ville frappée par la 1ère bombe atomique de l'histoire le 06 août 1945 tuant au moins 140 000 personnes.

Yoshiko Kajimoto, une survivante d'Hiroshima.

Yoshiko Kajimoto, une survivante d'Hiroshima.

Lors de cette visite, il a rencontré des hibakushas, ceux qui ont subi le bombardement atomique et qui ont survécu. Hibakusha, c’est un statut, au Japon. On leur donne une carte avec un code qui correspond à votre irradiation. Il existe quatre catégories : ceux présents près de l’épicentre le jour de l’explosion, ceux présents à moins de 2 km de l’épicentre durant les deux semaines qui la suivirent, ceux exposés aux radiations des retombées. Et les bébés dans le ventre de leur mère, si elle-même fait partie d’une des trois autres catégories. Arte a rencontré quelques uns des derniers survivants d'Hiroshima. Des témoignages poignants.

Hiroshima

Keiji Nakazawa a publié à partir de 1973 au Japon un manga, aujourd'hui mondialement célèbre, Gen d'Hiroshima (Vertige Graphic éditeur, 10 volumes). "L'histoire retrace le parcours de la famille Nakaoka à Hiroshima, quelques jours avant, puis après le bombardement atomique du 6 août 1945. L'histoire est basée sur la propre expérience de l'auteur, survivant du bombardement où il perdit son père, sa sœur et son frère cadet." A lire impérativement.

Commenter cet article