Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Laurent Schietecatte, professeur d'histoire-géographie au collège Jules Verne (Nantes)

Des frontières qui se re-ferment ?

Publié le 13 Janvier 2017 par lschietecatte in géographie, frontières

Un réfugié syrien et son bébé tentent de franchir la frontière entre la Serbie et la Hongrie (28 août 2015). Cette photographie de Warren Richardson a obtenu le 1er prix du World Press Photo

Un réfugié syrien et son bébé tentent de franchir la frontière entre la Serbie et la Hongrie (28 août 2015). Cette photographie de Warren Richardson a obtenu le 1er prix du World Press Photo

"Après la chute du mur de Berlin, le monde a pensé que les frontières allaient disparaître. Pourtant, de plus en plus de murs et clôtures sont édifiés, notamment en Europe. À quoi servent ces barrières du XXIe siècle ? Pourquoi réaffirmer les frontières dans un monde globalisé ?"

Un nouveau numéro remarquable du dessous des cartes

 

Des frontières qui se re-ferment ?

En complément un article de Ouest France publié mardi 18 novembre 2016.

41 000 km de murs révèlent les peurs du monde

Il n’y en avait pas dix en 1945… En 2016, plus de soixante-dix murs sont construits ou programmés dans le monde. Leur rôle a changé. Ils ne servent plus à geler un conflit militaire, mais à blinder les frontières.

La grande muraille de Chine, les murs d’Hadrien ou de Berlin… Dans l’histoire de l’Humanité, les murs ont toujours existé. Mais c’est une véritable inflation à laquelle on assiste depuis cinq ans. Plus de soixante-dix édifices sont désormais construits ou programmés dans le monde, sur environ 41 000 km, l’équivalent du tour de la Terre… Donald Trump a fait de l’achèvement du mur entre les États-Unis et le Mexique un thème de sa campagne. Mais c’est à l’est de l’Union européenne que le rythme de construction est le plus soutenu. La Hongrie a édifié un mur avec la Serbie, mais aussi avec la Croatie et la Roumanie, pourtant membres de l’UE. Les murs coûtent cher. Entre 1 et 5,7 millions de dollars du kilomètre pour le mur américain. Et ils coûtent d’autant plus cher qu’ils se « perfectionnent », comme ceux des enclaves espagnoles au Maroc : caméras infrarouges, diffuseurs de gaz… Sont-ils efficaces ? Non, affirme Elisabeth Vallet, géographe canadienne spécialiste du sujet (lire ci-dessous) .Contrairement aux « vieux murs » de la Guerre froide (Berlin, Corée), qui servaient à geler un conflit militaire, les murs du XXIe siècle sont, d’une manière ou d’une autre, contournés par ceux qui veulent passer. Avec une terrible conséquence : des prises de risques insensées qui font s’envoler le nombre de morts."                              

Patrick Angevin

Des frontières qui se re-ferment ?
Commenter cet article