Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Laurent Schietecatte, professeur d'histoire-géographie au collège Jules Verne (Nantes)

Le soldat inconnu est "né" à Rennes

Publié le 24 Novembre 2016 par lschietecatte in Première guerre mondiale, soldat inconnu

La tombe du soldat inconnu installé sous l'Arc de Triomphe, place de l'étoile à Paris

La tombe du soldat inconnu installé sous l'Arc de Triomphe, place de l'étoile à Paris

Un article intéressant du quotidien Ouest France sur le "lieu de naissance" du soldat inconnu.

 

"26 novembre 1916, cimetière de l’Est, à Rennes. Les autorités sont réunies au Carré militaire pour rendre hommage aux soldats français morts depuis 1914. L’imprimeur Francis Simon est présent. Son fils Henri, qui avait le grade de lieutenant, est mort au combat le 16 juin 1915. Président du comité local du Souvenir français depuis 1914, Francis Simon est aussi le fondateur de l’Escorte d’honneur, une association patriotique, qui a pour devise : « Une visite, une fleur, une prière » pour les soldats morts.

« Les plus beaux »

Ce dimanche d’automne, le Rennais prend la parole :« Depuis vingt-huit mois, un ouragan épouvantable est déchaîné sur notre France […]Et ce ne sont plus les vieillards qui s’en vont, ce sont les jeunes, les plus beaux, les meilleurs. » Il évoque« le petit soldat qui n’est tombé qu’à moitié dans la grande tuerie et que des anges de dévouement ont disputé vainement à la mort ». Ce Poilu« quelconque, sans esprit de galon, sans autre étoile que celle à laquelle il croit » Il émet le vœu que le Panthéon s’ouvre« à l’un de ces combattants ignorés mort bravement pour la Patrie ». L’idée fait son chemin parmi les républicains de gauche. Le 19 novembre 1918, Maurice Maunoury, député de l’Eure-et-Loir dépose une proposition de résolution visant à exhumer les restes d’un fantassin mort sur le champ de bataille, dont l’identité n’a pu être établie, et de les déposer au Panthéon. Le 12 septembre 1919, quatre-vingt-neuf députés emmenés par André Paisant (Oise) relancent le projet. Le gouvernement le reprend à son compte, mais le Panthéon ne fait pas l’unanimité. L’Arc de Triomphe lui est préféré. La loi est adoptée le 9 novembre 1919. Qui enterrer ? Huit corps reconnus comme étant ceux de combattants français, mais non identifiés, sont transférés à Verdun. Le soldat Auguste Thin, du 132e régiment d’infanterie, en désigne un. Le Soldat inconnu est inhumé sous l’Arc de Triomphe le 11 novembre 1920. Dans les années suivantes, l’initiative est reprise dans le monde entier : États-Unis, Nouvelle-Zélande, Pologne, Inde. Dimanche, une cérémonie de souvenir sera organisée au cimetière de l’Est à Rennes, en présence du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian."

Arnaud BÉLIER (édition de Nantes du jeudi 24 novembre 2016)

Commenter cet article