Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Laurent Schietecatte, professeur d'histoire-géographie au collège Jules Verne (Nantes)

Survival, Could you be loved and... Penny lane

Publié le 15 Septembre 2016 par lschietecatte in histoire

Survival, Could you be loved and... Penny lane

L'album Survival de Bob Marley (1979) a une pochette représentant 49 drapeaux africains (sauf un seul, celui de la Papouasie Nouvelle Guinée) entourant le plan d'un navire négrier construit à Liverpool datant de la fin du XVIIIe siècle, le Brooks.

Sur le site l'Histoire par l'image, on apprend qu'il effectuait la traite entre le golfe de Guinée et les Antilles avec à son bord jusqu'à 600 captifs, tous attachés, les hommes étant en plus enferrés aux chevilles deux par deux. 454 esclaves sont représentés sur la gravure !

Survival, Could you be loved and... Penny lane

Nous retrouvons Bob Marley au mémorial de l'abolition de l'esclavage à Nantes avec un extrait d'un de ses plus célèbres titres, Could you be loved.

"Old pirates yes they rob I
Sold I to the merchant ships
Minutes after they took I from the
Bottomless pit
But my hand was made strong
By the hand of the almighty.
We forward in this generation
Triumphantly
Won't you help to sing
These songs of freedom
Cause all I ever have, redemption songs,
Redemption song"

"Penny lane is in my ears and in my eyes". Tout le monde connaît ce célèbre refrain des Beatles paru en 1967 écrit par le duo Lennon/Mc Cartney racontant leur souvenir de cette rue de Liverpool où ils grandirent. Penny Lane sera même mise en cartoon dans les années 60 (elle fait partie d'une série de 39 films d'animation diffusés entre 1965 et 1969 sur la chaîne américaine ABC. Chaque épisode portait le nom d'un titre des Beatles).

Par contre, savez-vous que son nom vient de James Penny, célèbre esclavagiste du XVIIIe siècle ! Marchands, armateur de navires négriers, il aurait financé 11 voyages transportant à chaque fois entre 500 et 600 esclaves. Il fut un des principaux porte-parole au parlement anglais pour s'opposer à l'abolition de l'esclavage alors que les mouvements abolitionnistes ne cessaient de prendre de l'ampleur au Royaume-Uni (la traite fut abolie en 1807). Il faut rappeler que Liverpool fut le 1er port négrier d'Europe avec près de 5000 expéditions entre 1500 et 1815. En 2007, la ville a ouvert l'international slavery museum, un musée unique au monde.

Autre grand port négrier, Nantes. Le développement économique de Nantes au XVIIIe siècle s'est fait grâce au commerce triangulaire (plus de 40 % de la traite française), la ville devenant ainsi le 1er port négrier européen : cela a fait la fortune des armateurs négriers nantais.
Pour le 150e anniversaire de l'abolition de l'esclavage, le journal de France 3, Soir 3, a diffusé un sujet très intéressant sur la place de Nantes dans le commerce triangulaire.

Pour ceux que le sujet intéresse, je vous conseille le prince esclave, le livre de Olaudah Equinao, né vers 1745 dans l'actuel Nigéria, qui devint esclave à 10 ans déporté sur l'île de la Barbade. Esclave, marin, barbier à Londres, il devint une des grandes fugures de la lutte pour l'abolition de l'esclave. A lire absolument.

Commenter cet article